Écosse – Île de Skye (partie 2)

Après une nuit dans une petite cabine en bois, nous partons explorer, sous un soleil radieux, l’aile ouest de l’île de Skye. D’Uig à Dunvegan, la route est assez quelconque, loin des beautés que nous avons pu croiser sur notre itinéraire, derrière les vitres de notre voiture ou en plein air. Cependant, plus nous nous rapprochons de la côte, plus le paysage se fait paisible. Des champs parsemés de moutons aux oiseaux heureux de chanter par cette belle journée, en passant par les lapins qui gambadent joyeusement dans l’herbe, le décor champêtre qui nous entoure nous ravit de si bon matin. Très vite, la laine des moutons se mêle aux plumes des mouettes, et le bleu de l’océan vient épouser la verdure des prés. Au loin, les falaises s’élèvent, majestueuses, déjà prêtes à envahir nos pupilles.

Nous descendons de voiture et partons vers les flots, guidés par le vent et le bêlement des agneaux. Nous arrivons à un grand escalier de pierre : le parcours est un peu escarpé, mais très simple. Pourtant, nos gambettes commencent à fatiguer, usées par le voyage intense et quelque peu sportif que nous avons entrepris. Après quelques minutes de marche et de grimpette, nous atteignons le sommet de la structure rocheuse, qui nous récompense d’un magnifique point de vue sur le phare de Neist Point. Perché sur des falaises abruptes, ce phare, très similaire à celui de Rubha Reidh, n’a rien de bien exceptionnel. Il faut dire que le paysage qui l’encadre lui vole aisément la vedette, tant par ses étendues désertiques que par le bleu azur de l’eau venant frapper les parois. Tout en haut du monde, mon ciré rose succombe, pour la première fois du voyage, sous la douceur du soleil. Contemplant l’immensité qui nous entoure, nous profitons du vent qui nous soulève et respirons l’air marin à pleins poumons.

     

Nous reprenons ensuite la route vers le sud, en direction d’un lieu très prisé par les touristes sur l’île de Skye, les Fairy Pools. Sur la route, en longeant la côte ouest, nous rencontrons d’autres vaches des Highlands, à la fois curieuses et étonnées de voir des gens s’arrêter pour les prendre en photo. Selon les Écossais, cette manie des visiteurs étrangers est un geste assez inconscient, compte tenu du caractère sauvage de ces bovins. Mais honnêtement, comment résister à la tentation d’immortaliser leur longues cornes, leur toison soyeuse et leur prestance ? Sains et saufs après notre séance photo apparemment risquée, nous continuons notre chemin, entourés de landes à perte de vue, quand, au loin, se dessinent les imposantes Cuillin Hills, déjà croisées durant notre escapade dans le petit village d’Elgol.

Arrivés au départ des Fairy Pools, nous luttons pour trouver une place où garer notre voiture. Le parking est très mal aménagé et les touristes se bousculent au portillon pour découvrir ces petites cascades créées par la rivière Brittle, qui prend sa source dans le loch du même nom, à l’embouchure de l’océan Atlantique. Le chemin est rocailleux, l’herbe brûlée par le gel et le soleil tape franchement. Les couches de vêtements tombent au fur et à mesure de notre marche et certains courageux vont même tremper leurs pieds (voire plus si affinités) dans ces eaux fraîches et claires montagneuses. Si leur couleur est translucide et laisse percevoir des roches blanches et un fond bleu-vert, les cascades sont plutôt décevantes et très petites en comparaison de ce que l’on veut bien nous vendre sur les sites de tourisme. Les dernières chutes d’eau, les plus connues, attirent certes de nombreux photographes mais ne mesurent pas plus de deux mètres de haut. En arrière-plan, les Black Cuillins sont bien plus propices à la contemplation et nous renvoient à notre petitesse de façon élégante et placide.

    

Nous quittons Skye sur cette touche douce-amère, qui se prolongera durant toute la fin de notre séjour. L’île nous aura offert les derniers paysages grandioses de notre voyage, un goût de nature bien plus agréable partagé à deux qu’entourés d’autres vacanciers et une véritable expérience de campagne sauvage, qui manquera considérablement à nos derniers jours passés dans des coins d’Écosse plus urbains qu’authentiques.


Le bonheur est un bien que nous vend la nature.

Publicités

2 réflexions sur “Écosse – Île de Skye (partie 2)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s