Écosse – Gairloch, Big Sand & Rubha Reidh

Notre arrivée à Gairloch, dans les Highlands, est assez surréaliste. La luminosité du lieu est saisissante, la nature s’offre à notre regard dans son entièreté et, surtout, l’océan s’étend face à nous, interminable, prêt à engloutir les derniers rayons du soleil dans son immensité. À l’ouest, l’eau calme se marie parfaitement à la tranquillité du village, animé seulement par quelques adolescents contents de finir leur semaine studieuse ; vers le sud, la chaîne de montagnes de Torridon s’érige au loin, inaccessible ; au nord, une grande étendue quasiment déserte se dessine. Nous dégustons le premier fish and chips de notre voyage, face à un coucher de soleil timide sur l’eau salée, et nous nous dirigeons vers Big Sand, où nous attendent une chambre douillette et des hôtes ouverts et très accueillants.

  

Lovés dans une petite cabane en bois, une tisane à la main, nous profitons de la vue, où se côtoient sommets, flots et moutons, avant de rejoindre les bras de Morphée. Il est 23h, l’île de Longa et le ciel crépusculaire veillent sur nous, la nuit n’est pas encore tout à fait sombre, et nous songeons déjà combien il doit être agréable de vivre dans un endroit si paisible, éloigné du stress des grandes villes et hors du temps. Le lendemain, nous profitons du même paysage sous un soleil radieux, qui rend la beauté du lieu d’autant plus évidente. L’eau scintille sous les rayons lumineux, les maisons semblent se réveiller dans la sérénité et les agneaux et leurs parents accompagnent notre départ en bêlant harmonieusement, un soupçon de tristesse dans la voix.

     

Avant de poursuivre notre voyage, nous décidons d’aller explorer les environs, vers le nord. Nous traversons les petits villages de North Erradale, Peterburn et Aultgrishan, et descendons de voiture à Melvaig, dans l’optique d’entamer une randonnée de 10 km aller-retour. Sur une route étroite, ondulée et parfois très pentue, nous découvrons une végétation encore sèche et dénuée d’arbres, quelques rares plages sans aucun touriste et des falaises qui se jettent à corps perdu dans le bleu de l’océan. Les nombreux moutons qui se sont joints à nous disparaissent au fur et à mesure de notre avancée, et, au bout de vingt minutes de marche, il n’y a plus trace d’âme qui vive. D’ailleurs, aucune habitation ne pointe à l’horizon, jusqu’au phare de Rubha Reidh, terminus de notre petite escapade.

     

En effet, la route s’arrête ici : une barrière nous empêche de continuer notre chemin au-delà du phare, mais nous prenons quand même le temps d’admirer ce qui nous entoure, autrement dit, un néant aride et merveilleux qui revêt des allures de bout du monde. Notre isolation est totale, et, l’espace d’un instant, nous oublions le monde moderne et nos soucis, ravis de goûter aux richesses de la nature de façon si intense et spontanée. Portés par le vent et enivrés par l’air marin, nous rebroussons enfin chemin, toujours émerveillés par ces landes qui offrent un goût de liberté immuable, et rejoignons notre voiture pour continuer notre voyage vers le sud de Gairloch.

  

Enchantés par ce havre de paix et d’air pur, nous nous imaginons déjà vivant en ermites, au sein même de ces grandes étendues où l’homme n’a quasiment pas droit de cité. En début d’après-midi, nous partons alors le cœur lourd rejoindre d’autres contrées, persuadés d’avoir vécu là l’une des plus belles étapes de notre voyage et convaincus qu’un jour, nous reviendrons poser nos valises dans les environs de Big Sand et de ses terres sauvages…


Le bonheur est parfois caché dans l’inconnu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s