Écosse – Glen Affric & Loch Maree

Après la neige et la verdure des Cairngorms, nous nous dirigeons vers l’ouest, pour rejoindre la côte atlantique. Depuis Aviemore, c’est une route de 200 km qui nous attend jusqu’à notre prochain point de chute. Nous commençons par un très court détour par le plus illustre lac d’Écosse, le Loch Ness, du côté du château d’Urquhart. Si le loch a des airs de mystère, grâce à la brume attachée aux collines qui l’entourent, sa beauté est pourtant loin d’être ravageuse. Les vagues forment un étrange mouvement à la surface de l’eau, mais pas de monstre légendaire à l’horizon ! Nous repartons alors bredouilles, déçus de ne pas avoir pu faire la connaissance de Nessie, et allons explorer les vallées du Glen Affric.

     

Du point le plus réputé du pays, nous rejoignons des contrées plus authentiques, presque désolées. Sur notre chemin, nous traversons la ville de Cannich, où des hameaux isolés se tiennent là dans le calme le plus absolu, croisons une petite église esseulée au milieu de nulle part et rencontrons les tout premiers quadrupèdes laineux de notre voyage – les fameux moutons, qui font la renommée des routes écossaises ! Déjà, le décor se fait plus sauvage et nous retrouvons nos marques dans ce coin de nature à l’état brut, loin des touristes et de leurs perches à selfie envahissantes.

     

Malheureusement, arrivés à l’entrée du Glen Affric, nous découvrons que le lieu est en travaux : les routes sont boueuses et pleines de nids de poule, la circulation devient rude, surtout lorsque l’on n’est pas habitué à rouler à gauche ! Mais très vite, la joliesse du Glen Affric nous fait oublier nos mésaventures. D’abord surpris par l’aridité du paysage, nous nous laissons finalement porter par ces grandes étendues rougeâtres, comme brûlées par le gel, toujours accompagnées d’une brume et de nuages fidèles. Ici aussi, les sommets revêtent un léger manteau blanc, l’eau est incroyablement calme et la faune se fait rare en cette saison, à l’exception de quelques petits volatiles.

Nous partons ensuite, toujours en voiture, longer les rives du Loch Maree, qui s’étend sur 20 kilomètres de longueur. Nous avançons sur une route sinueuse, entre les monts sombres, qui nous surplombent de leur imposante stature. L’atmosphère est enchanteresse, quoiqu’un peu intimidante. Puis, le paysage, jusqu’ici menaçant, s’adoucit : l’eau, rassurante et apaisante, nous sépare de ces massifs rocheux impressionnants. Au bord du loch, la végétation est étonnante. Nous découvrons des arbres aux racines apparentes, défiant les cailloux et la mousse. Plus nous avançons vers l’ouest, plus le paysage se modifie – passant d’un noir volcanique à des monts couleur sable – et, pour la première fois depuis le début de notre séjour, le soleil daigne briller franchement.

Nous quittons alors le Loch Maree pour rejoindre l’océan Altlantique et arrivons enfin à destination, dans la sublime ville de Gairloch, pour constater très vite que, après déjà tant de merveilles découvertes, de chemin parcouru et de temps passé les yeux grands ouverts d’émerveillement, notre voyage et notre ravissement ne font que commencer…


La beauté des choses existe dans l’esprit de celui qui les contemple.

Publicités

Une réflexion sur “Écosse – Glen Affric & Loch Maree

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s